Verdict et esprits souffleurs

 

 Après une interminable lecture de 7 heures et 20 minutes hier après-midi
  de 2 heures à 9 heures et demi du soir
 le verdict concernant la fortune de
Thaksin est enfin tombé : « Culpabilité d’abus de pouvoir durant son
mandat de Premier Ministre »

« 46 milliards de bahts seront saisis. 30 milliards seront restitués sur
lesquels 12 milliards seront retenus pour impôts et taxes non payés ».

 Pendant la lecture de ce jugement, d’un soporifique ennuie –  (Il m’arrive de raconter en
souriant : « si un thaï vous pose une question, veillez  à ce que votre réponse ne dépasse pas le
temps de la question, sinon, votre interlocuteur s’est déjà endormi) – je me
suis rendue au « Central Plazza », en « sawng thaeaw » appelé
aussi « rot daeng » (litt. « deux bancs ou « voiture
rouge »), moyen de transport local à deux bancs en vis-à-vis, s’arrêtant à
la demande du client au moindre coup de sonnette judicieusement placée au plafond
de la camionnette. 


Dans la rue4 Dans la rue17


Au « Central Plazza », temple climatisé pour promeneurs,
flâneurs, dragueurs –  mais peu
d’acheteurs – l’air vibre des hurlements hystériques de jeunes
écoliers-étudiants chauffés à blanc par une musique aux pulsations
électroniques et les hurlements d’un animateur allumé, régissant un concours de
danses façon « Star Académie » 
(si, si, ils l’ont adaptée ici).  Écrans
géants. Collégiennes en micro minijupes. Garçons à  l’identité incertaine, entre pop-stars coréennes
et lady boys effarouchés.


Dans la rue1

A des années lumières des images fixes de la télévision
et de son débit hypnotique de chiffres. Loin des pleurs de Thaksin s’adressant finalement
à ses supporters à l’issue du verdict. En costume et cravate noire. En deuil de
sa fortune, et décrétant « : « Ce compte-rendu de justice est une grosse
plaisanterie qui va faire rire le monde entier ». (Ah bon ?) Loin d’une poignée de supporters
(dopés à quoi pour avoir attendu 7 heures et demi ?), pleurant eux aussi, et
scandant: « Si Thaksin est si mauvais pourquoi tant de millions de gens l’aiment ? »

Et enfin loin de l’esprit simplissime
de gens simples se lamentant : « Nous,
les « chemises rouges », nous ne respectons pas ce verdict. Autant se
prosterner devant la « maison des esprits ».
En retour de notre respect, les esprits, parfois, nous soufflent le numéro gagnant
de la loterie ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.