Ma première rencontre avec Michel Sardou

Ce que je dois à Sardou et qu’il ne sait pas…

J’écrivais l’article suivant il y a presque 6 ans déjà…. En regardant l’émission sur Michel Sardou hier soir sur W9, je me suis souvenue… Et je réalise, les années passant, combien je dois à Sardou,….indirectement et à la Gaumont !

 

“Se projeter dans 2012 et les années à venir n’a rien de très réjouissant, alors pour une fois, un coup d’œil dans le rétroviseur… à cause d’une pile de magazines qu’un de mes voisins a délicatement posé au-dessus de ma boite aux lettres. J’y trouve un Paris-Match, ça tombe bien je ne l’achète jamais, bonne excuse pour y jeter un coup d’œil. Le slogan célèbre de ce magazine, c’était « le poids des mots le choc des photos » si je me souviens bien. Alors parlons photos ! Celles de Michel Sardou….à l’occasion de la sortie d’un livre « Sardou-Melloul, les images de ma vie » chez Flammarion.

Richard Melloul, le photographe raconte sa première rencontre avec Sardou à l’occasion d’un diner en 1977. Sardou l’accueille d’un chaleureux « Il est encore plus con que les autres » ! Alors je ris sous cape car…

Car moi, la première fois que j’ai rencontré Sardou, il avait été invité par Jullian (j’étais encore Michèle Valentin à l’époque) dans son mas de Provence à Menerbes. Jullian avait une émission sur la poésie à la télévision et Sardou avait accepté d’y lire un texte, bref. Nous allons l’accueillir au pied du mas, une ancienne magnanerie…et je l’entends dire à Jullian à mon propos: « elle a un cul intelligent » !

Je ne savais pas s’il fallait être flattée ou offensée… Sardou était une méga star – et moi la petite provinciale tout juste débarquée dans cet univers – Au moins je n’avais pas été « transparente »

Un peu plus tard, toujours en tant que Valentin, je suis invitée sur le tournage de « l’été de nos 15 ans », une bluette produite par pépé Dassault (Marcel Dassault) qui avait demandé (ça avait valeur de quasi exigence dans sa bouche) à Marcel Jullian d’écrire le scénario et de réaliser ce film. Pépé (c’est comme ça qu’on l’appelait en douce, ou pire « le vieux », mais ça c’était les gens de la Gaumont) avait produit précédemment et avec un énorme succès qui avait fait découvrir Sophie Marceau le film« La Boum » réalisé par Claude Pinoteau.

Moi, je m’apprêtais à partir pour le Ladakh, ce petit état au pied de l’Himalaya. J’avais donc acheté pour la première fois un petit appareil photo, un vrai, pas un truc automatique, un Nikon. C’était un peu prétentieux car je n’avais jamais fait de photo jusqu’ici…Je me plongeais donc sérieusement dans la notice et quelques magazines, pour tenter de comprendre le vocabulaire technique : vitesse d’obturation, ouverture, focale etc….

Jullian m’invite alors sur le tournage à Deauville, c’est le premier jour de Sardou. Inutile de dire qu’il y avait là, le photographe de plateau, son photographe perso  (peut-êre déjà Melloul rencontré 4 ans plus tôt) et ceux de la presse «  people » Ça shoote à mort, moi je me glisse au milieu de ce beau monde et je fais quelques clichés, presque invisible, comme une petite souris.

Quelques temps plus tard, de retour dans ma province du nord, j’envoie le résultat de mes 2 bobines de films à Jullian pour qu’il les distribue à la maquilleuse, à la décoratrice, à la costumière que j’avais photographiées à Deauville. Bien sûr il y a quelques photos de Sardou dans le lot.

Passent des responsables marketing ou publicité, à la recherche de « la » photo de Sardou pour l’affiche. Ils s’arrêtent sur mes photos et demandent « qui a fait ça ? » « On veut cette photo. » Personne ne me connait. Jullian leur donne mon nom, on me contacte à Lille où je travaillais alors et là, je signe ce que la Gaumont – avare – me fait parvenir : un contrat dans lequel j’abandonne tous les droits d’exploitation de la photo ». J’ai signé. Qui j’étais pour avoir la moindre exigence ? Je ne demande même pas d’avoir mon nom sur l’affiche, quel intérêt ? Trop satisfaite de pouvoir me dire « ma première bobine fait l’affiche du film de Sardou »

Et depuis, j’ai continué de faire de la photo pour mon plaisir.. en ayant vachement plus confiance en moi….Ce qui me manquait à l’époque.

Quelques années plus tard,  je l’accueillais à France Inter lors de l’émission Ecran Total sur laquelle je travaillais en chroniqueuse avec Jullian.

3 Replies to “Ma première rencontre avec Michel Sardou”

  1. Une rencontre, une photo et c’est le commencement d’une carrièret tellement passionnante!
    J’adore cette photo en noir et blanc😃
    Félicitations à vous Michèle.
    Annick.G

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *