Les Japonais ? des Ch’tis qui s’ignorent. Les Ch’tis ? des Japonais qui s’ignorent

 

Le Japon ? une autre grille de lecture…

Dieu merci le Japon ne m’avait jamais fait fantasmer avant que j’y mette les pieds, persuadée que « geishas », « kimonos » … appartenaient à une autre époque. Je l’abordais donc sans à priori, sans clichés exotiques dans la tête.

  • Tu vas voir, tu vas l’aimer m’ont dit certains

J’ai un penchant pour la contradiction, alors je me suis dit « on verra bien » !

Finalement j’ai aimé :

  • Moins les temples que l’accueil
  • Moins les sanctuaires que l’extrême serviabilité des Japonais
  • Oui mais ! ont objecté certains à qui je rapportais mon enthousiasme, ceux-là même qui m’avaient poussé à partir « cette amabilité n’est que façade, en fait les Japonais éprouvent un sentiment de supériorité sur nous, les « gaijin ».

Moi, je soupçonne ceux-là, de prêter aux Japonais ce qu’ils sont peut-être eux mêmes ! Les Japonais me mépriseraient donc ? Soit, je veux bien être méprisée comme ça par la terre entière, mais je me contenterais des seuls parisiens.

Nous sommes le résultat de notre passé : Nous : contestataires, critiques, railleurs, pinailleurs, ergoteurs… Eux : modelés par des siècles de traditions toujours enseignées aujourd’hui où

  • communauté prime sur individualité,
  • où conformité prime sur indépendance.

Alors des arrière-pensées les Jap’s ? Perso, je ne leur en ai prêté aucune, comme si –  sur cette terre nippone toujours agitée de secousses telluriques – je perdais, moi,  toute velléité de critiques franchouillardes.

Lorsque, touchée par leur gentillesse, je les remerciais chaleureusement et longuement –  à la japonaise –  de m’avoir aidée à retrouver mon chemin, à m’y avoir accompagnée bien souvent, eux me remerciaient à leur tour. De quoi ? de leur avoir donné l’opportunité de me venir en aide !!

Et vous savez quoi ? je ne connais qu’un seul autre endroit sur cette planète où les gens ont cette capacité de gentillesse et d’abnégation passagère : le nord et principalement ma ville d’origine : CALAIS ; Allez-y, vous verrez.

Je n’imaginais pas qu’un jour je jetterai un pont entre les Ch’tis du nord et les Japonais du pays du Soleil Levant. Un jumelage Kyoto-Calais s’impose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *