Apprendre à voyager en voyageant

 

« C’est un privilège de « déguster » le divers »  ( V Segalen)

 

J’ai appris à voyager en voyageant, sans boussole et quasiment sans guide. Comme on apprend à aimer en aimant, à vivre en vivant. Au jour le jour, un pas après l’autre.

Suis-je touriste, suis-je en vacances lorsque je voyage ? Questions embarrassantes auxquelles je réponds : » Je ne suis qu’une apprentie voyageuse »

Voyageuse devant l’éternel jusqu’à mon ultime voyage, voyageuse de quartier ou de jungle tout est question d’opportunités, mais vous ne me verrez jamais un guide à la main. Je ne dis pas que je n’en achète pas (je les lis souvent à mon retour),

Ethnie Batak, Sumatra

Si je pars bientôt en pays Soundanais à Java, c’est parce qu’au cours de mes rencontres à Sumatra, beaucoup de jeunes m’ont dit être d’origine Soundanaise, comme ma petite sœur Partina par exemple. Alors j’ai cherché. On ne découvre et n’enregistre bien que ce qui demande un minimum de quête personnelle, ce qui me passionne autant que le voyage en lui même.

mariage de Partina, à Sumatra, selon la coutume Soundanaise

Soundanais ? je surfe sur le net : « Soundanais », peuple de Java Ouest, puis je cherche les ouvrages écrits sur cette ethnie, chez l’Harmattan ou Persée là où publient ethnologues, anthropologues. Des ouvrages politiques ou historiques…des non best-sellers plus passionnants que les bestsellers du moment. « Une vision de Java au XIXe », « Les étudiants d’Indonésie et l’ordre politique »… j’y apprends le racisme anti-chinois, le fanatisme religieux… et puis revoir le sublimissime film du réalisateur australien Peter Weir : « l’Année de tous les dangers » qui plonge le spectateur dans une Jakarta en pleine insurrection des années 1965 avec  sa violence contre les Chinois. Tout se tient.

En visite à la FNAC, je feuillette « Indonésie » du guide Michelin. Je lis au hasard :

« Java Ouest. Environ 50 kms au sud-ouest de Boga, compter 2 jours d’excursion (excursion ! le mot est banni de mon vocabulaire, sorry). Puis à 23 kms, au sud est de Barut, descendre un sentier de 1 km, puis, depuis le parking une marche facile de 45 mn jusqu’au cratère »

Des idées (pourquoi pas) mais qui pour moi sonnent comme des instructions limite diktats… des endroits où tous ceux qui ont acheté le guide vont se retrouver….

Bientôt je partirai explorer le pays Soundanais et ceci pour 2 raisons : parce que c’est le pays d’origine de petite sœur Partina et parce qu’à Malacca en Malaisie j’ai rencontré Hortono un séduisant Indonésien (mère bretonne, père Soundanais) travaillant pour Total en Malaisie, qui m’a dit « Pergi di Jawa Barat » « Va à Java Ouest ».

Voilà comment je voyage, sans boussole, à la recherche de l’imprévu avec l’envie chevillée au corps, d’observer le monde – ce qui a le don d’aiguiser ma vue de myope – et toujours en suivant mon intuition.

Quelle que soit votre façon de voyager, avec ou sans guide, en vacances, en touriste ou en voyageur, ne jamais perdre de vue que l’imprévu s’il  est souvent beau, est toujours passionnant. Du coup je pense à Victor Segalen :

« C’est un privilège de DEGUSTER le divers »

 

2 Replies to “  Apprendre à voyager en voyageant”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *