Tous différents mais tous soudés

La survie à travers coutumes rites et fraternité

L’Indonésie – archipel éclaté en milliers d’îles (environ 17 000) – parvient (mais très difficilement)  en dépit de la diversité de ses cultures et de ses langues, à exister de façon presque homogène. Grâce à sa langue : le Bahasa Indonésia et à une sorte de philosophie sociale, le « Pancasila » (pantchasila), mot sanskrit formé de « panca » : 5 et « sila » : principe.  Philosophie sociale ou idéologie nationale ?

Pancasila c’est : croyance en un Dieu unique ( chaque Indonésien peut croire en son propre Dieu),  humanisme, unité,  démocratie, justice sociale.

On a dit « principes ». Donc…. en principe ! Après tout, en France on a bien “liberté égalité, fraternité”. En principe !!

Depuis toujours l’Indonésie a subi  influences ou occupations, de la Chine, de l’Inde, des pays arabes, de l’occident, des influences qu’elle a adapté à son mode de vie, une sorte de vernis sous lequel on retrouve presque toujours une identité forte, celle d’avant l’islam, et probablement celle d’avant l’hindouisme.

Un sondage Ipsos, effectué à l’échelle mondiale en 2011  relevait que l’Indonésie « était le pays du bonheur » (texto !! une formule qui ne veut pas dire grand-chose)  92 % des Indonésiens  s’estimaient heureux et plus de la moitié se considéraient même « très heureux ». Ce qui est intéressant, c’est la comparaison, dans le même temps, avec la France. Ce même sondage ne relevait que 15 % seulement de Français s’estimant heureux.

A quoi tiendrait donc cette nature heureuse ou plutôt généreuse des Indonésiens ? Tout sourire partagé est pour moi, un signe de générosité alors que depuis son indépendance, ce pays traverse en permanence crises politiques, révolutions, catastrophes naturelles (volcans, tremblements de terre), extrême pauvreté (qui oblige nombre d’Indonésiens à changer d’île pour trouver du travail ou à quitter son pays),  corruption endémique….

Alors simple hypothèse de ma part : ne serait-ce pas en raison de leur forte identité culturelle, celle qui les lie à leur famille, à leur groupe, à leur ethnie, à leur religion ?  et qui s’exprime à travers rites et cérémonies ?  La culture donc. Une culture qui s’impose partout à travers les événements familiaux auxquels, simple passante, je fus souvent invitée.

–         Mariage Batak à Sumatra Utara

–         Mariages Minangkabau à Sumatra Barat

mariage Minangkabau

–         Mariages Sasak à Lombok

mariage Sasak

–         Funérailles Batak à Toba

funérailles Batak

–         Funérailles Toradjas à Sulawesie

funérailles Toradja

–         Circoncision chez les Bugis de Sulawesie

déjeuner circoncisions Bugis

Autant de peuples pour qui fraternité et partage sont l’assurance de la survie. (J’ai pu le constater aux retours de pêches de Lombok par exemple. Ou dans le partage des travaux des champs.)

Le « vivre ensemble » imposé en France est une vaste fumisterie.

En Indonésie vivre ensemble  c’est la structure, la base, la force, l’originalité de ces mille cultures différentes mais  soudées par 2 principes : la langue et le Pancasila.

 

 

2 Replies to “Tous différents mais tous soudés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.