Le sourire énigmatique de la mariée Berbère

Le voile de la mariée, métaphore de la tente Berbère

En réponse aux questions posées par mes amis sur le voile rouge qui isole la mariée de l’extérieur…. Voilà ce que j’ai compris et appris.

Le jour de son mariage, l’épouse Berbère porte la aâbroq, car elle est timide. Femme timide, c’est, et ce sera toujours son statut. Elle vient souvent de loin ou alors d’un autre village. 20 kms c’est loin lorsqu’on marche à pied dans les montagnes de l’Atlas. De plus, dans la majorité des cas, elle n’a jamais vu son mari, car les mariages sont arrangés. Je me souviens de l’histoire racontée par un ami Berbère. Son père et son oncle souhaitaient le marier. Il avait alors 29 ans. Le choix fait, et les détails d’une union arrangée, le père dit à mon interlocuteur : « tu pourras apercevoir de loin, ta future femme, si tu passes devant tel collège. Ce sera celle qui sera habillée comme ci comme ça ». Mon ami a refusé ce mariage. A 40 ans, il ne veut toujours pas se marier ni avoir d’enfant. Je lui ai demandé « Pourquoi ? » « Je viens d’une famille pauvre Berbère. Mon père avait 2 femmes, et 9 enfants, j’étais le cinquième. Si je m’étais marié, j’aurais tout de suite eu des enfants. C’est ce qui est attendu d’un mariage. J’aurais créé une famille pauvre de plus. Et ça, je ne le voulais pas, je ne le veux pas. Quand je meurs, je ne veux pas qu’il reste quoique ce soit de moi ».

Dans le aâbroq, quelques petits trous ont été percés pour que la mariée puisse voir (apercevoir) le monde extérieur. En revanche, personne ne peur la voir, elle. Ce voile lui permet de se sentir à l’aise. Voir sans être vue.

Ce voile permet aussi à la mariée de masquer toutes ses émotions vis-à-vis des invités au mariage. Et si jamais elle avait l’air vraiment heureuse ? les invités, soupçonneux, pourraient se demander « pourquoi ? Peut-être qu’elle a un petit ami ? ou tout simplement elle aime les hommes ? »

A l’inverse, si le visage de la mariée exprimait de la tristesse, quelle serait la réaction des invités ? Ils pourraient penser qu’elle n’est pas heureuse de se marier… ce qui pourrait amener, fatalement à un prompt divorce »

Ce voile a donc deux missions : celle de protéger la mariée de la jalousie des autres femmes (mariée ou pas encore mariée) et du mauvais œil aussi. Les mères de jeunes femmes non mariées pourraient prendre ombrage de ce mariage et lui en vouloir et lui lancer le mauvais oeil.

« Le voile qui isole la mariée peut aussi être vu comme une métaphore de la tente nomade Berbère » d’après Cynthia J. Becker professeur d’Histoire à l’université de Boston.

Non seulement le visage de la mariée est protégé d’un voile rouge mais tout son corps est recouvert de plusieurs couches de vêtements. Comme elle doit voyager depuis la maison de son père jusqu’à celle de son mari, son corps et sa coiffure doivent être comme un sanctuaire qui la protège du monde extérieur.

Le jour de son mariage n’est sûrement pas un jour très gai pour la mariée. Être observée en permanence, sentir les regards sur elle….. terrible. Finalement son voile et ses vêtements l’aident psychologiquement à supporter l’horreur de ce jour (c’est moi qui le dis)

J’ai assisté au troisième jour d’un mariage Berbère dans la vallée des roses au Maroc. J’ai été frappée par le costume et la coiffe de la mariée qui cachent son corps et son visage. Mais c’est surtout son sourire, entr’aperçu derrière le voile rouge qui m’a frappée. Immuable, forcé, stoïque, énigmatique. Et finalement « absent »  comme s’il fallait absolument s’isoler de cette cérémonie qui marque le premier jour de son asservissement à son mari.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.