Le paradis de l’islam est un souk

Le souk, c’est le bordel !

J’ai un défaut qui s’avère parfois être une qualité  en voyage :  je suis aussi bavarde  et curieuse que je suis avide de photos. J’interroge inlassablement (avec souvent  des interviews vidéos)), toujours avec bienveillance et  sans jugement.

Les rencontres se font naturellement au Maroc, à travers guides et chauffeurs qui parlent souvent plusieurs langues, et les longues heures passées en voiture qui invitent aux confidences, surtout lorsqu’au cours du voyage, le guide (quand il n’est pas pervers) vous invite dans sa famille. Mais me faire inviter, cela m’arrive aussi lorsque je suis seule, avec la complicité des femmes rencontrées sur la route.

Mon premier voyage au Maroc remonte à des décennies. Du nord de la France jusqu’en Ifni. En 2 chevaux dont les sièges arrières avaient été ôtés pour faire place à 2 couchettes. Elles ne furent pas beaucoup utilisées car invités partout à dormir chez l’habitat. Des plus riches aux plus modestes. La générosité du Maroc ! Elle existe toujours. Dans les mots(trop), dans la nourriture(trop aussi !).  Entre temps beaucoup de touristes ont traversé les oueds et grimpé sur des dromadaires ! Les derniers, venus en masse : les Chinois, avec leurs indécents selfies.

J’ai une façon personnelle de voyager : tactile, souriante, ouverte, confiante, avec de l’attente dans le regard, pour provoquer les confidences.

Ce long préambule avant d’attaquer l’islam. Ça se fera d’ailleurs en plusieurs articles. Parler de l’islam donc, en pays Berbère (pas dit arabe),chez les berbères, peuple indigène du Maroc.

L’islam est partout. Il contrôle tout : le corps de la femme, l’heure de la prière et comment prier, ce qu’il faut ou ne faut pas manger, les rapports avec la famille, l’habillement etc…. jusqu’à la position des pieds pendant la prière à la mosquée. J’explique :

Ou plutôt c’est Hassan, un garçon qui a fait des études universitaires mais travaille comme serveur dans un “riad” (maison d’hôtes) de la Vallée des Roses de l’Atlas  qui explique :

“Un jour, alors que je priais à la mosquée, un ancien me fit une remontrance à propos de la position de mes pieds. Comme je m’en étonnais, il me fit la leçon : “Au cours de la prière, tous les pieds des fidèles doivent se toucher. C’est une protection contre satan. Laisser un espace c’est laisser la place à satan. Si pas d’espace, satan ne passe pas !”

jeune fille Berbère. au cours d’un mariage

J’écoute aussi Saïd me parler du paradis :

“Quand tu manges une pomme au paradis, il en surgit une autre tout aussitôt après, et encore meilleure que la précédente. Et dans ce paradis fait entièrement d’or et d’argent (c’est écrit dans un haddit), si tu veux quelque chose, tu l’obtiens aussitôt.

ET puis encore ceci :

“Au paradis il y a un souk. Si tu le quittes en y laissant ta femme (sans doute pour aller batifoler quelque houri ailleurs), tu peux être sûr lorsque tu reviens, de la retrouver encore plus jolie qu’avant” !!

Mince, ça vaut le coup d’aller batifoler hors du souk !. Bon le souk ici c’est le marché et non le bordel (quoique !!)

“Faire le souk”, expression devenue française, n’est-ce pas précisément “foutre le bordel” ?

Timidité Berbère

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.