Incommunicabilité viscérale

 

Le malentendu du sourire au Maroc

Les touristes en général,  – faute de temps et d’intérêt profond pour la culture d’un pays – ne voient trop souvent que la surface des choses, traduite et jugée aussitôt avec leur propre grille de lecture : l’occidentale. C’est pourquoi je reviens souvent dans un même pays pour tenter de m’approcher d’une réalité qui ne se donne pas.

En ce qui concerne le Maroc, mes photos parlent autant que mes mots

Femmes furtives. Qui donnent toujours cette impression de fuir. De se cacher, de disparaître. Au regard de qui ?

Et voilà tout est dans la réponse que vous formulerez vous-même. Dans le regard de l’homme bien sûr. Des hommes.

Comme le titrait le journal Libération il a un an « Au Maroc la femme dans la rue est une proie potentielle ou une bête à abattre » (et de citer des cas se déroulant dans des villes normalement plus évoluées du nord : Casablanca et Tanger).

J’ai vu et senti ce regard sur moi par de très jeunes hommes aux regards ricanant (ceux qui veulent venir en Europe en général) Dans le sud, je les ai entendus frapper à ma porte. « Viens regarder les étoiles (le désert pour beaucoup est une aubaine), laisse-moi entrer je vais te chanter une berceuse pour t’endormir, ou je vais te faire un massage Touareg ou toutes autres déclarations d’amour intempestives qui sortent spontanément de leur bouche « je t’aimerai toujours » alors qu’on ne demande rien, tandis qu’eux pleurent pour le sexe…. tout cela parce que je souris ?

Et voilà l’erreur. Sourire ou ne pas sourire, tel est le terrible dilemme  Shakespearien. Eh bien je continuerai en dépit des erreurs d’interprétation. Je ne vais pas changer ce qui fait ma nature profonde. Dans d’autres pays, d’autres civilisations, le sourire est un passeport, au Maroc le sourire est un malentendu.

J’essaye de comprendre, mais ça ne veut dire ni accepter ni justifier. On vit définitivement dans des mondes différents. Facts. That’s all folks.

Alors qu’en France on nous vend le « vivre ensemble » !  Messieurs les politiques vous n’avez aucune idée de la façon de vivre ailleurs et tout particulièrement dans les pays musulmans. On n’assimile pas l’islam, on ne pourra jamais vivre ensemble parce que ça voudrait dire quoi : nous, vivre comme eux, ou eux, vivre comme nous ? jamais.

Ça n’arrivera jamais.

Et comme ils sont plus nombreux que nous (dans le monde), et bientôt plus nombreux que nous, chez nous (ils font plus d’enfants et ont plusieurs femmes, et nous, nous sommes vieux) on a déjà perdu.

4 Replies to “Incommunicabilité viscérale”

  1. Comme toujours et/ou souvent, vous voyiez juste ou du moins invitez à réfléchir, apprendre, savoir , corroboré par votre “connaissance ” de multiples voyages, aventures, regards (photographiques) depuis des décennies, dans des pays les plus divers, par leur culture, religion, histoire, etc. Curieuse toujours, avide de rencontres, d’échanges, de partage, de “fraternité” en sorte, que l’on ne peut que trouver “richesse ” à vous lire, passer un moment avec vous, un bon moment.

    Comme votre nouvelle expérience au Maroc, qui rappelle la frustration sexuelle des musulmans en pays musulman, que vous écrivez de façon plus “littéraire”: “Dans d’autres pays, d’autres civilisations, le sourire est un passeport, au Maroc le sourire est un malentendu.”

    Mais je ne suis pas sûr de votre conclusion, ce qui ne veut pas dire, que cela ne va pas se produire :”et nous, nous sommes vieux) on a déjà perdu.”

    En fait, nous n’en savons rien. Vous devinez que je peux développer.
    Et comme aurait pu dire Anthony Burgess : personne ne sait de quoi sera fait l’avenir, c’est ce côté imprévisible qui rend la vie intéressante.

    Vive la vie

    1. C’est mathématique mon cher Alain. Ils arrivent en nombre, chaque jour, et sur place font beaucoup d’enfant, nous, non. C’est exponentiel. Vous connaissez l’histoire du nénuphar dans l’étant. 1,2,4,8,16,32,64 etc etc.
      Plusieurs femmes, 5 ou 6 enfants mini chacune; et nous 1,30 !!!!! je ne suis pas pessimiste, je constate. Voyez vous les femmes occidentales se mettre à faire 5 enfants, arrêter de travailler ? Non elles veulent congeler des ovocytes (orthographe ?) pour faire un enfant à 45 ou 55 ans
      Eux, ils ont des envies, ils sont jeunes, ils ont la sève (!!) et ça ne leur passe pas même avec un non. c’est quasi obsessionnel. Et je ne raconte pas tout !!!!! Ajoutez la religion à ça. (il faut vivre à Paris pour constater), et ajoutez encore ceci : l’industrie mondiale a besoin de main-d’oeuvre, nous, nous avons plus de retraités que de gens qui produisent. CQFD
      PS Tous les jeunes à qui je parle et je parle beaucoup vous savez… veulent venir en France, juste question d’opportunité. Car… en plus… tout au long du chemin du sud on m’a montré : “regarde, cette belle et grande maison, là, le propriétaire travaille en France”… Alors ils ont envie aussi.

    1. Bonjour Eric… dans les jours qui viennent (je suis en Bretagne), je vais reprendre contact avec vous personnellement .
      Oui les politiques non seulement ferment les yeux, par choix, par lâcheté, et parce qu’ils ne savent pas comment faire pour endiguer tout cela; et Enfin il y a les exigences de l’industrie qui veut de la main d’oeuvre pour payer les retraités !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.